Catégories
Poésie

Lui, et pas un autre

Lui, et pas un autre, qui descendit d’une étoile
qui ne lui a fait aucun mal.

Il a dit : ma légende ne vivra pas longtemps,
ni mon image dans l’imagination des gens.
Que la vérité m’éprouve.

Je lui ai dit : si tu apparais, tu seras effondré, ne t’effondre donc pas.

Sa tristesse prophétique a dit : où irai-je ?

J’ai dit : à une étoile invisible, ou à la caverne.

Il a dit : je suis assiégé par une réalité que je n’arrive pas à lire.

J’ai dit : écris donc tes souvenirs d’une étoile éloignée,
d’un demain qui recule, et demande à ton imagination : savait-elle
que ton chemin serait si long ?

Il a dit : mais, mon ami, je ne suis pas bon à l’écriture !

J’ai demandé : tu nous as menti alors ?

Il a répondis : le rêve doit guider les rêveurs
comme la révélation.

Puis il a soupiré : tends-moi ta main, ô chose impossible!

Et il a disparu comme les légendes l’espèrent.

Il, n’a pas vaincu pour mourir, ni perdu pour vivre.

Tends-nous la main, ô chose impossible!

Traduit du recueil « Comme des fleurs d’amandier ou plus loin » de Mahmoud Darwich.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *